Accueil · Action

23/10/09 Choisir le bon poisson

marchépoisson

Même s'il est évident que les gouvernements ont beaucoup plus de pouvoir pour changer les choses, nous pouvons malgré tout agir à notre échelle. Pour cela, il faut apprendre à consommer en citoyen responsable. Il ne s'agit pas de ne plus manger de poisson mais de mieux choisir lequel sera à son menu. Pour commençer, il faut bien avoir en tête les deux problèmes auxquels sont confrontés les habitants de nos océans : la pollution et surtout, la surpêche.

Pour accéder directement aux tableaux des espèces à privilégier/ à éviter (cliquez)

La situation

  • La pollution au mercure : d'après un rapport de l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) 90% de l'exposition au mercure provient de la consommation de poisson. Le mercure est un métal très toxique qui franchit aisément la barrière hémato-encéphalique ainsi que la barrière foeto-placentaire. Il touche principalement les gros poissons carnivores pélagiques (vivant en pleine mer) en bout de chaîne alimentaire, à longue vie et gras : espadons, thons, requins, daurades, bars, flétans...
  • La surpêche : une espèce de poisson sur trois est menacée d'extinction. Pour citer le biologiste Daniel Pauly, spécialiste des ressources marines : "l'homme a déclaré la guerre aux poissons et est en train de la gagner." et " Nous sommes dans la situation du bonhomme tombé du treizième étage et qui, arrivé au septième, dit : "Jusque là, tout va bien".
  • Alors que faire ?

    C'est à nous, consommateurs, d'éviter d'urgence d'acheter des poissons menacés et de reporter nos achats sur des espèces dont les stocks sont encore abondants (voir les tableaux). Des labels existent pour nous aider à choisir. Un premier label international, géré par l’organisation indépendante MSC (Marine Stewardship Council) a été établi avec des scientifiques, des pêcheurs et des organisations écologiques.

    Label Msc

    L'élaboration d’un écolabel public par les services de la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture du Ministère de l’Agriculture et FranceAgriMer est en cours. Il sera baptisé "label bleu". Le label AB pour les poissons d"élevage atteste de l'origine de leur alimentation. Cette dernière doit être composée à 70% de farine de poissons sauvages et à 30% de graisses végétales.

    Le problème des poissons d'élevage

    Malgré cela, il est important de savoir que le poisson d'élevage pose aussi des problèmes. Le saumon, par exemple, ancien produit de luxe, est devenu un produit de consommation courante, au prix d'un élevage intensif et au détriment de la qualité du produit. Son alimentation est aussi la cause d'une surpêche. Ainsi, on pêche au moins trois kilogrammes de poisson sauvage pour chaque kilogramme de saumon d’élevage produit (15 à 20 kg pour 1 kg de thon rouge d'élevage). De plus, les élevages de poisson produisent une quantité importante de déchets concentrés. Il peuvent aussi être responsables de la disparition d'écosystème comme les mangroves en Asie du Sud-Est pour certains élevages de crevettes.

    Le bon poisson au bon moment

    En plus de privilégier les poissons non menacés, il faut éviter de consommer du poisson pendant sa période de reproduction (voir tableaux). Il est recommandé de choisir des poissons pêchés par des méthodes sélectives : lignes, casiers, palangres. A contrario, le chalutage (filets non sélectifs en forme d'entonnoir) de fond ou pélagique, utilisé par 70% des navires dans les eaux Françaises, causent des dommages très importants : fond marins littéralement détruits (un filet de 500 mètres de large traîné pendant 1 heure à la vitesse d’1m/sec détruit une surface correspondant à 180 terrains de football) et 35% de prises dites accessoires (oiseaux, cétacés, requins et poissons à faible valeur commerciales) sont ainsi rejetées à la mer mortes ou agonisantes.

    chalut

    Lorsque cela est possible, le choix d'acheter des poissons pêchés localement permet de soutenir les pêcheries locales artisanales et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

    Réduire sa consommation

    Les poissons sont considérés comme de "bons aliments" : sources de protéine, d'omega-3 et de vitamine D. Selon les nutritionnistes, en consommer deux fois par semaine en moyenne suffit à bénéficier de leurs effets positifs. Dans tous les cas, il est important de diversifier ses sources de protéines : animales (viandes, poissons, oeufs, moules, produits laitiers...) ou végétales (haricots blancs cuits, lentilles cuites, paint blanc, tofu...). Privilégier la qualité à la quantité devrait permettre de réduire les méthodes purement industrielles et intensives des producteurs de poisson.

    Des tableaux pour nous aider à bien choisir

    Dans la mesure du possible, même si cela est contraignant, voici une liste regroupant les poissons à privilégier, ceux à consommer rarement et ceux à ne plus consommer pour le moment. Les périodes de reproduction peuvent éventuellement varier selon le pays d'origine du poisson. Ces dates essayent de correspondre aux poissons trouvés sur les marchés Français.

    Nom commercial
    Illustration
    Période de reproduction
    Araignée
    De Août à fin Avril
    Bar de ligne
    De Mi-Mars à fin Septembre
    Cabillaud du Pacifique (Morue du Pacifique)
    De Janvier à Avril
    Crevette grise
    De mi-Octobre à Mai
    Dorade grise de ligne
    De mi-Mars à Mi-Septembre
    Hareng
    De mi-Décembre à mi-Mars
    Huître
    De mi-Mars à mi-Septembre
    Lieu jaune de ligne (Colin)
    De Février à Mai
    Lieu noir (Colin)
    De mi-Décembre à mi-Mars
    Maquereau
    De mi-Mars à mi-Septembre
    Merlu blanc du cap
    De mi-Décembre à mi-Septembre
    Moule
    Consommable toute l'année
    Pétoncle
    De Juin à Fin Septembre
    Sardine
    Consommable toute l'année
    Saumon du Pacifique
    Consommable toute l'année
    Sole d'Hastings
    ?
    Tacaud
    De mi-Décembre à mi-Juin
    Thon germon (blanc) de ligne
    De mi-Mars à Mi-Septembre
    Tilapia d'Europe
    Consommable toute l'année
    Tourteau
    De Août à fin Avril
    Truite
    Consommable toute l'année
    Turbot
    D'Avril à Août

    Printemps : de mi-Mars à mi-Juin · Eté : de Mi-Juin à mi-Septembre

    Automne : de mi-Septembre à mi-Décembre · Hiver : de mi-Décembre à mi-Mars

    Nom commercial
    Illustration
    Période de reproduction
    Bar
    De Mi-Mars à fin Septembre
    Calamars
    De mi-Mars à mi-Août
    Chinchard
    De mi-Décembre à mi-Juin
    Coquille St Jacques
    De Juin à Fin Septembre
    Dorade royale
    De mi-Mars à mi-Septembre
    Eglefin (haddock si fumé)
    de Février à Juin
    Homard
    De Juin à Août
    Langoustine
    Tilapia
    Merlan
    De mi-Décembre à mi-Juin
    Pangas
    Perche du Nil
    De mi-Décembre à mi-Juin
    Poulpe
    De mi-Mars à mi-Juin
    Rouget Barbet
    De mi-Mars à mi-Septembre
    St Pierre
    De Juin à Août
    Seiche
    De mi-Mars à mi-Juin
    Thon Albacore (jaune)

     

    Nom commercial
    Illustration
    Période de reproduction
    Requin (siki, saumonette, chien de mer, aiguillat, roussette, émissole, taupe...)
    requin
     
    Thon rouge
    thonrouge
     
    Empereur (hoplosthète)
     
    Flétan de l'atlantique
     
    Grenadier de roche
     
    Hoki (Grenadier bleu)
     
    Lingue Franche (Julienne) et lingue bleue
     
    Sabre noir
     
    Sébaste (Dorade Rose, Dorade Sébaste, Rascasse)
     
    Anguille
     
    Vivaneau
     
    Thon obèse et germon
     
    Bar de chalut (loup de mer)
     
    Baudroie (lotte)
     
    Cabillaud de l'Atlantique (morue)
     
    Carrelet (plie)
     
    Crevette rose
     
    Eglefin (haddock)
     
    Espadon
     
    Limande
     
    Merlu
     
    Raie
     
    Saumon de l'Atlantique
     
    Sole
     

    Annexes :

  • Guide consommateur Greenpeace (pdf)
  • Tableau des saisons du poisson (pdf)
  • Guide WWF (pdf)
  • Ifremer
  • A lire aussi :

    · Dossier sur le Thon rouge

    Vos réactions (la modération peut prendre un peu de temps) :

    - Chave Gisèle, le 26/01/2015 :

    Je viens de lire tous les renseignements sur les poissons. L'homme détruit la planète. C'est dommage. En ce qui concerne les poissons je préfère ne plus en manger. Toute la chaîne alimentaire est détruite par tous les pesticides, etc etc . Tout ça pour enrichir les gros !!!!!