Accueil · Infos · Réchauffement climatique · Traces CO2

Les arguments à la loupe

1. Le CO2 est présent à l'état de traces dans l'atmosphère. Une légère augmentation de sa concentration causée par les émissions humaines est à relativiser car elle est facilement assimilable par les systèmes naturels et/ou sans conséquence.

Les carottes glaciaires montrent que les niveaux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère sont restés situés entre 180 et 300 parties par million depuis les derniers 500 000 ans (pour info, un ppm correspond à un rapport de 1 pour 10^6. Par exemple, 1 mg dans 1 kg ou, au sens plus large à un mg par litre).

Cependant, au cours des derniers siècles, les niveaux de CO2 ont augmenté, jusqu'à 390 ppm en 2011 (voir relevés ici).

Donc qu'est-ce qui se passe ? Il est vrai que les émissions humaines de CO2 sont faibles par rapport aux sources naturelles. Mais le fait que les niveaux de CO2 sont restées stables jusqu'à très récemment montre que les émissions naturelles sont généralement compensées par des absorptions naturelles. Par contre, depuis peu, il y a légèrement plus de CO2 qui entre dans l'atmosphère que de CO2 absorbé par les "puits de carbone".

La consommation de la végétation terrestre par les animaux et par les micro-organismes (lors de la décomposition) émet environ 220 gigatonnes (milliards de tonnes) de CO2 chaque année, tandis que la respiration de la végétation émet aussi 220 GT. Ces énormes quantités sont équilibrées par les 440 Gt de dioxyde de carbone absorbés par l'atmosphère chaque année lors de la photosynthèse des végétaux. De même, les océans relarguent environ 330 Gt de CO2 par an, selon la température et le taux de photosynthèse par le phytoplancton, mais en absorbe tout autant et même un peu en plus, bien que ses capacités d'absorption semblent diminuer régulièrement.

Les émissions humaines de CO2 sont désormais estimées à 30,6 Gt par an en 2010 (source iea), donc en augmentation depuis les 23,5 Gt dans les années 1990. La déforestation et l'agriculture, par exemple, contribuent à émettre environ 5,9 Gt par an. Environ 40% du CO2 d'origine anthropique émis dans l'atmosphère est absorbé par les puits naturels de carbone, principalement les océans. Le reste amplifie les concentrations de CO2 dans l'atmosphère.

Voici une vidéo réalisée par un scientifique, qui, en colorant des béchers d'eau avec de l'encre à une concentration équivalente à celle du CO2 dans l'atmosphère avant l'ère industrielle (280 ppm) puis à une concentration équivalente à aujourd'hui (390 ppm) permet de bien comprendre qu'une faible concentration peut avoir un effet. Le CO2 est invisible à la lumière visible, mais non aux rayons infrarouge.

Ink_ppm

Retourner à la liste des arguments

Sources :

- IPCC

Vos réactions :