Accueil · Infos · Biodiversité

03/11/2009 Biodiversité : De mal en pis

Tortue_dans_filetL'Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN) vient de mettre à jour la liste rouge des espèces menacées : 17 291 espèces animales ou végétales sur les 47 677 espèces répertoriées sont menacées d'extinction soit 36% de la vie sur terre. Mais tout va bien, l'homo sapiens n'est pas dans la liste.

Les résultats révèlent que 21% de tous les mammifères connus, 30% de tous les amphibiens connus, 12% de tous les oiseaux, 28% des reptiles, 37% des poissons d’eau douce, 70% des plantes, 35% des invertébrés répertoriés à ce jour sont menacés.

“Les preuves s’accumulent sur la sévérité de la crise d’extinction que nous traversons” affirme Jane Smart, directrice du Groupe pour la conservation de la biodiversité de l’UICN. “En janvier commencera l’Année internationale de la biodiversité. Selon les dernières analyses de la Liste rouge de l’UICN, il sera impossible d’enrayer la perte de la biodiversité en 2010, comme le prévoyait notre objectif. Il est temps que les gouvernements commencent sérieusement à oeuvrer à la protection des espèces et que ce sujet brûlant figure parmi leurs priorités l’année prochaine, car le temps presse.”

Les chiffres en détail

Sur les 5 490 mammifères répertoriés dans le monde, 79 sont ‘Éteints’ ou ‘Éteints à l’état sauvage’, 188 sont ‘En danger critique d’extinction’, 449 sont ‘En danger’ et 505 ‘Vulnérables’.

On dénombre maintenant 1 677 reptiles sur la Liste rouge de l’UICN, dont 293 ont été ajoutés cette année. Au total, 469 sont menacés d’extinction et 22 sont déjà ‘Éteints’ ou ‘Éteints à l’état sauvage’. “Les reptiles de la planète sont sans aucun doute en mauvaise posture, mais il est possible que la situation actuelle soit bien pire qu’elle n’y paraisse” affirme Simon Stuart, Président de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN. “Nous avons besoin d’une évaluation portant sur tous les reptiles pour saisir la sévérité de la situation, mais il nous manque les 2 ou 3 millions de dollars nécessaires”.

La Liste rouge de l’UICN révèle que parmi les 6 285 amphibiens que compte la planète, 1 895 sont en danger d’extinction, ce qui en fait le groupe le plus menacé à ce jour. Parmi eux, 39 sont déjà ‘Éteints’ ou ‘Éteints à l’état sauvage’, 484 sont ’En danger critique d’extinction’, 754 sont ‘En danger’ et 657 sont ‘Vulnérables’.

Sur les 12 151 plantes dénombrées dans la Liste rouge de l’UICN, 8 500 sont menacées d’extinction, parmi lesquelles 114 sont déjà ‘Éteintes’ ou ‘Éteintes à l’état sauvage’.

On dénombre cette année 7 615 invertébrés sur la Liste rouge de l’UICN, parmi lesquels 2 639 sont menacés d’extinction.Les scientifiques ont également ajouté 94 mollusques, ce qui porte le total des mollusques évalués à 2 306, parmi lesquels 1 036 sont menacés.

La Liste rouge de l’UICN dénombre maintenant 3 120 poissons d’eau douce, 510 de plus que l’année dernière. Il reste encore beaucoup à faire pour connaître le statut de tous les poissons d’eau douce du monde, néanmoins 1 147 parmi ceux évalués jusqu’à présent sont menacés d’extinction.

Les causes

Les causes de ces disparitions et de ces menaces sont multiples. La principale est la destruction de l'habitat de ces espèces : la destruction des forêts (par exemple lors de la culture sur brûlis), la destruction des massifs coralliens, la construction de barrages, l'assèchement de zones humides, la pollution, la pêche excessive, la chasse, le changement climatique ou encore l'introduction de nouvelles espèces. Les maladies sont aussi responsables de la disparition d'espèces sauvages.

La France : un pays concerné

La France, dont les collectivités d'outre-mer abritent une faune et une flore très riches, se situe au huitième rang des pays hébergeant le plus grand nombre d'espèces en danger au niveau mondial. Cette situation est principalement due aux espèces présentes dans les collectivités françaises d’outre-mer, qui abritent une très forte biodiversité. Avec 778 espèces mondialement menacées présentes sur son territoire, la France a une responsabilité majeure dans la lutte contre l’érosion de la biodiversité qui frappe la planète. Elle se place parmi les dix pays les plus concernés par ce phénomène, aux côtés de l'Equateur, des Etats-Unis, de la Malaisie, de l'Indonésie, du Mexique, de la Chine, de l'Australie, du Brésil et de l'Inde.

Les tendances pourraient s'inverser si l'on se donnait les moyens d'agir

Le statut de l’ombre d’Australie (Prototroctes maraena), un poisson d’eau douce, s’est amélioré grâce aux efforts faits en faveur de sa conservation. Il est maintenant considéré comme ‘Presque menacé’, alors qu’il était auparavant ‘Vulnérable’, et sa population a augmenté grâce aux échelles à poissons construites sur les barrages pour permettre la migration, au retour de la végétation sur les berges des rivières, et à la sensibilisation des pêcheurs, qui reçoivent maintenant une grosse amende s’ils sont appréhendés avec cette espèce.

Sources :

Comité Français de l'UICN

Rapport UICN (pdf)

Vos réactions :