Accueil · Réactions · La télévision

Mes Réactions :La télévision

Foret_AntennesIl est vrai que lorsque nous soulevons des problèmes, la bonne attitude est d'essayer de les résoudre ou, tout du moins, de proposer des solutions. C'est le but de ces pages. Je souhaite décrire ma vision des choses. Je ne prétends pas que mes idées sont révolutionnaires mais je suis convaincu qu'elles pourraient changer ce qui me déplaît.

Avant-propos

Tout au long de ce site (comme dans la vie...), je critique tout ce que j'estime être les aberrations de notre société, que je découvre à partir des journaux télévisés, des livres que j'ai pu parcourir ou encore tout ce que j'ai l'occasion de voir autour de moi.

Le point qui touche le plus ma sensibilité est la fameuse 6ème extinction des espèces que nous prédisent des scientifiques. Toutes ces espèces en voie d'extinction qui se mêlent à tous ces eco-systèmes que nous déséquilibrons. Pour moi, nous touchons au sacré, c'est le crime absolu. L'homme ose rayer définitivement de l'univers des êtres vivants. Et pour quelle raison? Pour notre survie? Même pas. Tout simplement sans réfléchir. Pour de l'éphémère.

Et c'est ainsi que ces forêts primaires sont tronçonnées, brûlées, inondées, alors qu'elles abritent une multitude d'espèces animales et végétales vouées à disparaître aussi. Des abeilles aux éléphants, baleines, aigles, poissons, guépards... éliminés jusqu'aux sols stériles de nos champs emplis d'engrais et de pesticides, nous sommes coupés de ces réalités, bien à l'abri dans nos villes bîtumées, bien trop occupés à consommer, à succomber aux désirs que l'on nous propose, du moment qu'ils rapportent.

C'est en cela que le réchauffement climatique m'inquiète. Pas tant parce que nous allons -si les théories sont justes- devoir nous adapter à des conditions climatiques difficiles, mais surtout parce que nous ne serons pas les seuls à en payer le prix. Alors que nous en sommes les seuls responsables.

Evidemment, les problèmes de gestion des réserves d'eau douce sur-exploitées, des pollutions de toutes sortes (tout est pollué par nos déchets et rejets : mer, terre, air, nourriture, eau douce, lumière, espace...), les extractions de matières premières, les émissions de gaz à effet de serre, l'exploitation des pays en voie de développement, les ventes d'armes... sont tout aussi alarmants et dramatiques. Avec à chaque fois, pour chacune des mauvaises actions, pour chacune des décisions sciemment prises, une soif de s'enrichir et de l'égoïsme pur.

D'autres questions méritent des études objectives et des débats : l'utilisation des OGMs pour améliorer les rendements alimentaires, le nucléaire et ses déchets ou encore l'expérimentation animale qui nous permet de tester nos milliers de médicaments potentiels.

Du coup, de mon point de vue, il n'existe que deux modes d'action, deux solutions : soit informer et éduquer le peuple, pour créer une réaction afin que le pouvoir, soucieux de l'avis populaire, agisse. Soit accéder directement au pouvoir.

Informer et éduquer les gens est l'objet de mon premier point.

Information et éducation

Qu'est-ce qui a réussi à trouver sa place au coeur de presque tous les foyers de notre société? Vers quoi nos yeux et nos esprits sont-ils exclusivement tournés plusieurs heures par jour? Bien vu, c'était facile. La télévision! Une arme de distraction massive idéale. Et d'information, un peu. Cet objet a pris une telle place dans nos vies que l'on vient même de le rendre totalement transportable (merci l'iPhone et consorts).

Et que diffuse-t-elle, avec ses 25 images par seconde? Des programmes de divertissements à la pelle, des séries dont le point le plus commun est la présence d'un meurtre dans chaque épisode, des films emplis de violence, un peu d'infos, une touche de culture (il y a sûrement une loi pour obliger cela) et de la pub pour faire tourner les rouages. Et ils doivent bien tourner ces rouages! On a de la pub entre les pubs, entre les émissions, pour présenter le film, la météo, la minute environnement, la minute économie, la minute santé... de la pub pour que nous consommions.

Bref la télé, c'est essentiellement divertir et nous vendre des produits. Nous le savons, ce n'est pas nouveau. Pourtant, quelques spots d'éducation commençent à voir le jour : nous avons eu droit au lavage de cerveau des "antibiotiques, c'est pas automatique!" qui a l'air d'avoir bien marché (23.4% de baisse en 5 ans, 850 millions d'euros économisés) et puis les campagnes de pub de la sécurité routière, le SIDA, de l'ADEME ("faisons vite, ça chauffe"), manger 5 fruits et légumes ou dernièrement, la grippe A. Bref, on éduque les gens au format télé. Il faut que ce soit court, choc ou simple. Mais soyons honnête le message passe pas mal. Doucement mais sûrement, du moment que l'on répète.

Alors ma solution : pourquoi ne pas supprimer tous les programmes de divertissement, les séries, les films, qui, avouons-le, ne servent qu'à occuper le temps des gens inutilement, pour le remplaçer par des émissions de culture (arts : opéra, théâtre, peintures et siences) ou des documentaires ou reportages sur notre monde, pour que nous puissions le voir tel qu'il est vraiment? Pourquoi ne pas encore plus informer les gens sur ce qui se passe vraiment dans les usines, nos hémicycles, nos abattoirs, nos champs, nos rivières...? Et si ces programmes, obligatoires sur toutes les chaînes, ne plaisent pas, même après une période de transition certainement un peu difficile, nous n'aurions plus qu'à éteindre cette télé et faire toutes ces autres choses que nous n'avons jamais le temps de faire habituellement : lire, discuter, pratiquer un instrument, cuisiner, s'occuper de ses enfants, faire un sport, du jardinage, sortir, dormir...

Je suis certain qu'en élevant réellement le niveau de la télé, on élèverait le niveau de la société. Et tout le monde serait content. Etonnemment, c'est pour moi le point le plus facile et le plus rapide pour toucher et changer les gens. Appuyer sur le bouton est devenu pour beaucoup un réflexe, une compagnie. Autant que cette compagnie nous instruise! Et pour se détendre ou se vider l'esprit, il existe mille autres choses.

Le concept d'internet est un peu différent. Notre cerveau est beaucoup moins passif et soumis. Mais j'y reviendrai plus tard.

Vos réactions :