Accueil · Réactions · Point de vue sur l'actualité

Mes Réactions : Un petit point de vue sur l'actualité

AgendaNous sommes le mercredi 11 Août 2010. Avec la crise économique, le chômage, les violences urbaines, la politique de rigueur budgétaire, la corruption, la perte des valeurs, la crise écologique, une coupe du monde désastreuse, un mois d’août pourri, on ne peut vraiment pas dire que la période soit très propice à un moral bon et apaisé.

Heureusement, l'actualité est aussi émaillée de bonnes nouvelles, comme la réussite de BP à colmater la fuite de pétrole, l’autorisation des sites de paris en ligne, la série télé l'amour est dans le pré, l’explosion des sites de rencontre (facilitant les « rencontres » physiques) ou encore la sortie de l’iphone 4, qui ont pu sauver nos journées d’une totale déprime.

Si l’on considère ma première phrase comme une liste de problèmes, quid des solutions ?

Voyons voir un petit peu, à travers ma lorgnette.

Pour le mois d’Août pourri : attendons la fin. Au pire, l’année dernière nous avions eu un bel automne. Et puis, entre la canicule catastrophique en Russie (et ses incendies radioactifs) et les pluies diluviennes en Asie, de quoi je me plains?

La coupe du monde désastreuse : il paraît que Laurent Blanc va relever le niveau. Son salaire? Entre 83 000 et 100 000 euros par mois, hors prime (apparemment équivalent à celui d'un entraineur de milieu de tableau en ligue 1 et moins que ce qui se fait dans les pays étrangers). De quoi soulager la pression.

La crise écologique. Aïe. Plus complexe. Je dirais : sensibilisation des gens, éducation des enfants, décisions politiques courageuses ou –plus long- changement de l’opinion, en l'informant, pour pousser les politiques à prendre des mesures (vu qu'ils tiennent à leur poste).

Perte des valeurs. J’entends par là les valeurs de la république. Comment stopper cet individualisme qui s’étend ? Encore une fois, éduquer. Les enfants, les parents. Par la télé, peut être. Les-antibiotiques-c’est-pas-automatique! Mettre en place un service public obligatoire permettant une mixité sociale. Renforcer les cours d’éducation civique.

Corruption : Je me dis que nous avons les hommes politiques que nous méritons. Pour5euros moi, si nous arrivons à tirer vers le haut le niveau de la société, le niveau des débats, nous aurons peut être des hommes politiques moins ‘langue de bois’, moins menteurs (car c’est un fait que je découvre principalement grâce à la mémoire vidéo d’internet : leur blah-blah est mensonge), moins «communication » et plus « action ».

Rigueur budgétaire : nouvelle lubie du gouvernement. Cela fait des années que nous sommes endettés, d'ailleurs on nous dit que la dette est nécessaire pour faire tourner l'économie. Nous avons trouvé des centaines de milliards pour les banques qui s'effondraient (somme qu'elles nous auraient remboursée avec intérêt) et maintenant, il faut tout réduire : le nombre de fonctionnaires (donc flics, profs, médecins…), les dépenses de l’état (enfin ! sauf leurs dépenses personnelles telles que leurs salaires, retraites et autres avantages, qui ne seraient rien en comparaison des autres budgets)… Réduire les dépenses, pour réduire la dette des Etats, car les banques qui nous prêtent de l’argent (?) pourraient perdre confiance et augmenter leurs taux d’intérêt, ce qui nous endetterait encore plus. Enfin, c’est ce que je comprends. N’hésitez pas à me corriger.

Violences urbaines. Problème vieux comme le monde mais qui n’est tout de même pas à prendre à la légère. Il est aussi lié à cette perte des valeurs. Je dirai que les solutions sont : éducation des enfants pour le long terme (donc plus de profs) et répression pour le court terme (donc plus de flics, en banlieue notamment).

Le chômage : alors là, pas de solution magique dans notre système. Si : arrêter la délocalisation de nos usines (enfin, celles qui restent). Les relocaliser en France, donc accepter de payer ses produits plus chers et d’en avoir moins. En attendant, taxer certaines importations (taxe carbone).

PIecesLa crise économique : une société en bout de souffle avec trop de chômage ? Ne plus essayer de retrouver sa croissance d'après guerre mais essayer de la changer : miser sur la recherche, l’éducation. Taxer les échanges boursiers, miser sur une décroissance sélective en acceptant une baisse de nos salaires et de notre consommation (en gros de notre pouvoir d’achat). Encore une fois, relocaliser les usines et encourager les achats Français en taxant au niveau Européen voir mondial les transports polluant (camion, avions, cargos...) des produits étrangers (genre les m... chinoises). Moins piller les ressources trop limitées pour un monde trop goinfre. Surtout qu'à part le Groenland, il n'y a plus beaucoup de pays à piller facilement (à part la mer et la forêt).

Quant aux points positifs, évidemment, à part occuper l’esprit du peuple, faut-il réellement s’en réjouir ? Sauf BP, une réelle bonne nouvelle. D'ailleurs, d'après les études, sur les 100% de pétrole ayant fuit, 117% ont déjà disparu de la mer. Ouf. L'une des pires marée noire de leur histoire peut enfin quitter l'actualité et Hayward, son directeur général, pourra reprendre sa vie d'avant. Non plus chez BP, qu'il a du quitter, mais au conseil d'administration de TNK-BP, co-entreprise fondée par BP et un consortium de 3 oligarques Russes.

Mais je dois oublier des points positifs : la vache folle disparaît d'Europe, le FMI annule la dette d'Haïti, le nombre de tués sur les routes diminue encore... Evidemment, il ne s’agit que d’un survol ironique, ces idées comportent des erreurs et de grosses lacunes.

Mais qu’en pensez-vous ? Débattons-nous (enfin, si quelqu’un me lit) !

Sources :

Vittel

Evian

Volvic

Vos réactions :